Sélectionner une page

Le harcèlement scolaire fait partie des sujets de préoccupation des parents et des professeurs soucieux du bien-être des élèves. Face à l’essor du numérique, les intimidations ainsi que les violences entre élèves prennent de plus en plus de place sur Internet et les réseaux sociaux. Afin de proposer une solution efficace et pertinente à ce mal moderne, il convient de connaître sa définition, son fonctionnement ainsi que les techniques à mettre en œuvre pour lutter contre ce phénomène.

Qu’est-ce que le cyber-harcèlement ?

Par définition, le cyber-harcèlement (violence numérique ou cyberviolence) désigne tout acte agressif et intentionné perpétré par une ou plusieurs personnes à l’aide des outils de communications électroniques. L’agissement en question est répétitif et cible généralement une victime en particulier.

Les violences numériques sont accomplies à l’aide d’un téléphone portable ou d’un ordinateur. Elles consistent généralement en des menaces, des moqueries, d’une propagation de rumeurs, d’une usurpation d’identité virtuelle ou d’un piratage d’un compte sur les plateformes sociales, des intimidations ou des messages haineux, etc. Ces actes malveillants peuvent être diffusés via divers canaux :

 

  • réseaux sociaux
  • courriers électroniques
  • jeux en ligne
  • chats
  • forums
  • messageries instantanées
  • etc.

Prolongement du harcèlement scolaire

Loin d’être anodin, le cyber-harcèlement doit être pris au sérieux d’autant plus qu’il impacte grandement, et de manière négative le quotidien des jeunes qui en sont victimes. À l’instar d’un harcèlement classique entre élèves, il a des conséquences évidentes sur l’environnement scolaire et l’état psychologique des cibles.

Dans les faits, le cyber-harcèlement permet aux bourreaux de diffuser massivement et de façon instantanée des messages malveillants à un public très large. Son contrôle s’avère alors plus difficile. Ici, les insultes et les violences perpétrées à l’école se poursuivent jusqu’au domicile du concerné, ce qui ne lui laisse aucun moment de répit.

Les harcèlements commis empoisonnent la vie des victimes. Les harceleurs, de leur côté, ont la possibilité de ne pas dévoiler son identité en agissant librement derrière un pseudo, ce qui ne fait qu’empirer le chagrin et la peur de la personne ciblée.

    Les moyens les plus utilisés par les harceleurs

    Le cyber-harcèlement touche surtout les jeunes. En général, les victimes subissent déjà le harcèlement à l’école. Ici, elles sont exposées constamment à la malveillance de leurs bourreaux, ce qui ne fait qu’accentuer leur mal-être.

    Véritable phénomène de société, le harcèlement s’est généralisé à la suite de l’évolution du numérique et de l’apparition de nombreux forums et réseaux sociaux au point de toucher près de 40 % des élèves en France selon l’enquête enquête nationale menée au sein des collèges publics.

      être seul par un cyber harcelement

      Qu’en est-il du rôle des adultes ?

      Afin de prévenir ce phénomène, les adultes doivent agir afin de prévenir un tel acte. Ils ont également la responsabilité d’accompagner et d’aider les victimes du harcèlement virtuel.

      Actuellement, les enfants de 9 ans et plus peuvent accéder à Internet facilement. Dès leur plus jeune âge, ils ont à leur disposition des outils numériques (tablette, smartphone et ordinateur). En tant que parent, il est alors plus prudent de conseiller d’avertir les enfants sur le danger du Web et de les conseiller sur les moyens à mettre en œuvre pour se protéger des harcèlements numériques.

      Mis à part les parents, il est également du devoir des enseignants de prodiguer aux enfants des conseils afin qu’ils puissent se prémunir des menaces, des insultes et des usurpations d’identité sur Internet.

      Les actions de l’éducation nationale pour lutter contre le cyber-harcèlement

      Le personnel éducatif prend également part à la lutte contre le cyber-harcèlement. Il doit notamment informer les élèves sur les bonnes pratiques à adopter pour utiliser la Toile à bon escient et limiter les dérives.

      L’intervention des enseignants est axée sur le partage d’informations. Il s’agit, par exemple, d’expliquer aux élèves l’intérêt de se rapprocher d’un professeur ou d’un conseiller éducatif, et de parler librement des problèmes liés au harcèlement scolaire. Il faut également prévenir les étudiants des risques relatifs à l’usage des réseaux sociaux, à la protection des données personnelles et de la vie privée sur la toile, etc. En outre, il est important de sensibiliser les jeunes sur le droit à l’image et au respect de la vie privée de leurs camarades de classe.

      des logos pour illustrer le cyber harcelement

      Outils pour lutter contre le cyber-harcèlement

      Faire face à un cyber-harcèlement peut être une expérience éprouvante, autant pour les victimes que pour leurs proches. Pour lutter contre ce phénomène, l’État a mis en place le numéro vert 3018 ainsi que l’application 3018 qui sont gérés par l’association e-Enfance. Cet organisme reconnu d’utilité publique propose des solutions juridiques, techniques et psychologiques qui conviennent aux victimes de cyber-harcèlement.

      Ce numéro est mis en place afin que tout le monde puisse signaler un cas de cyber-harcèlement. L’application 3018, quant à elle, met à votre disposition un questionnaire, un tchat ainsi des fiches pratiques à destination des élèves qui font l’objet d’un harcèlement numérique. Elle est disponible sur Google Play et iOS.

      Cyber-harcèlement : que dit la loi ?

      Le cyber-harcèlement ne constitue pas un délit aux yeux de la loi. Toutefois, les personnes qui commettent ces actes peuvent être réprimandées en vertu du Code pénal, du Droit de la presse ou du Droit civil.

      Pour une injure ou une diffamation, le harceleur peut écoper d’une amende de 12 000 €. Les agissements, qui portent atteinte au droit de l’image exposent à un an d’emprisonnement et une amende de 45 000 €.